Le groupe Renault tient-il au Made in France ? Le maire de Fleury-Mérogis s'interroge

Le maire de Fleury-Mérogis lance un ultimatum à Carlos Tavares et Carlos Ghosn. Il réclame des preuves de l'attachement au Made in France.

26 janvier 2016 à 14h27

EVASION

Le maire de Fleury-Mérogis lance un ultimatum à Carlos Tavares et Carlos Ghosn. Il réclame des preuves de l'attachement au Made in France. En trame de fond, la ville essonnienne qui accueille sur son territoire depuis le 1er janvier une usine détenue par le groupe japonais Nippon Paint, principal fournisseur de Renault Dacia et Peugeot en Europe en peinture automobile. 

« Cinq ans de batailles acharnées »

On peut lire dans le communiqué du maire David Derrouet : « Après cinq ans de batailles acharnées pour assurer la pérennité de l’emploi sur son territoire et empêcher toute délocalisation de l’activité, la municipalité de Fleury-Mérogis était proche d’obtenir du groupe Allemand, racheté par Nippon Paint, la construction d’une usine neuve sur le territoire essonnien […] L’arrivée du groupe Nippon Paint dans un contexte concurrentiel très fort à l’échelle mondiale a mis un frein à l’avancée du projet. »




Récemment Diffusé


LA MÉTÉO PRÈS DE CHEZ VOUS