Le préfet de l'Essonne appelle les lycéens au « calme » et à la « responsabilité »

  •  Publié le 02 décembre 2019 à 08h43

« Aucune revendication, aussi légitime soit-elle, ne peut justifier les violences et dégradations des derniers jours » indique le préfet de l'Essonne dans son communiqué.

« Le respect des libertés fondamentales, dont le droit de manifester, explique Jean-Benoît Albertini, ne peut entraîner le blocage des établissements pour ceux souhaitant assister aux cours et doit s'exercer dans le respect des biens publics et des personnes ». « Aucune revendication, aussi légitime soit-elle, ne peut justifier les violences et dégradations des derniers jours » ajoute-t-il dans son communiqué. Les faits se sont d'abord produits à Evry-Courcouronnes et Massy puis Longjumeau et Montgeron, vendredi. On y apprend également que six policiers et un gendarme ont été légèrement blessés par des jets de projectiles. Egalement, deux lycéens pris en charge suite à des mouvements de foule pour des blessures légères et un manifestant a été légèrement blessé en donnant un coup de poing sur le bouclier d'un fonctionnaire de police. Les forces de l'ordre ont procédé à 33 interpellations.

Dans la même catégorie

Changer de zone

Pour lire les actualités d’un autre département cliquez sur une zone de la carte.